Complément d'information pour l'enseignant
LA MÉTAPHYSIQUE

N'ayez pas peur! Ces grands mots, la métaphysique, la philosophie, ne sont que la description que ce que nous faisons tous lorsque de grandes questions nous habitent.

« Regarder vers le ciel est une expérience unique. [...] Aussi loin qu'on veuille bien placer l'origine de l'homme, aussi loin qu'on imagine sa fin, lever les yeux vers le firmament est la seule pratique que nous avons tous en commun. [...] Le cosmos est le lieu de la question ouverte, humaine, par excellence. »
(ROBREDO, Jean-François. Du cosmos au big bang : La révolution philosophique, Presses universitaires de France, 2006, 127p.)

La métaphysique est l'expérience de la question pure qui mène à l'étonnement philosophique. Ce qui nous porte à réfléchir, à nous poser des questions, c'est notre capacité à nous étonner. Quelque chose se manifeste et nous cherchons à le comprendre. Ce qui nous entoure exerce une influence sur notre énergie, nos pensées, nos actions. Nous faisons partie d'un tout immense, et notre désir de comprendre l'espace qui nous entoure est proportionnel à notre capacité de nous étonner.

Dès l'enfance, nous faisons de la métaphysique. En fait, c'est la période de la vie où nous faisons de la métaphysique dans sa forme la plus pure. C'est-à-dire que nous nous questionnons sur des éléments fondamentaux de notre existence et sur ce qui nous entoure, alors que notre esprit n'est pas encore sous l'influence des connaissances et des expériences de la vie. Dans leur évolution, les humains délaissent peu à peu les questions métaphysiques pour les questions éthiques. L'enfant a encore facilement accès à un potentiel d'abstraction et de rêve. Ses questions sont pures, comme l'est sa capacité de s'étonner.

D'où je viens? Où étais-je avant? Pourquoi suis-je ici? Qu'est-ce que l'être? Qu'est-ce que l'esprit? Qu'est-ce qui existe vraiment? Qu'est-ce que la pensée? La connaissance? D'où viennent les idées? Qu'est-ce que le temps? Pourquoi les choses finissent-elles? Le monde a-t-il un commencement? Aura-t-il une fin? Pourquoi la nuit est-elle noire? De quoi le vide est-il fait?

Devant le ciel, nous regardons notre vie, notre monde différemment. L'étonnement que nous ressentons, émotion à la base de la philosophie, est aussi vrai que le regard neuf que porte l'enfant sur le monde. Nous avons voulu nous laisser guider par cette qualité si précieuse qu'ont les enfants de poser les questions éternelles de l'être humain pour la première fois.

« À de telles interrogations fondamentales la réponse ne peut être donnée brutalement, [...] car si la question est immédiate parce qu'elle fait partie de la condition de l'homme, la réponse est un chemin qui demande patience, lenteur, mais aussi le goût pour le mystère, l'énigme, les fausses pistes et les révélations finales. »
(Robredo, Du cosmos au big bang.)

Dans le noir, les yeux s'ouvrent n'offre pas de réponses aux grandes questions métaphysiques : il les explore dans le parcours d'Estelle. Les spectateurs sont entraînés dans le processus de curiosité de la fillette, grâce auquel ils découvriront la naissance de l'univers.

Cirque et métaphysique
Pourquoi utiliser le cirque pour parler de métaphysique?
Les grandes questions métaphysiques sont des questions essentielles que le cirque incarne. Jongler, tourner dans une roue, sauter sur un trampoline, marcher sur des échasses amènent à remettre en question la vision de l'humain que nous avons. Soudain, devant ces artistes, nous sommes mus par l'étonnement, changeant notre point de vue sur le monde, interrogeant le monde autrement.

Référence complémentaire sur l'animation d'un groupe et de sa réflexion philosophique : http://philoenfant.org/2015/06/26/conduites-de-lanimateur-dune-communaute-de-recherche-philosophique/